Constat

Team’dom vise à offrir un service ouvert à tout public.
Ce type de lieu offrant des ateliers adaptés peut-être ouvert a des collectivités, des professionnel de l'aide a la personne, aux particuliers. Nous souhaitons favoriser le sentiment de bien-être ou d’utilité, relation aux autres, utilisation des nouvelles technologies ou anticipation de la dépendance.

Aussi bien lors d’un maintien à domicile que pendant le placement dans les EPHAD, il importe pour la bonne santé des seniors de maintenir un lien social. Il n’y a rien de tel que les sorties et les activités pour ce faire.

 

Pourquoi éviter l’isolement ?

Surtout risqué pour les seniors, mais peu appréciable aussi pour les jeunes, l’isolement est à éviter le plus possible. Il peut entraîner la dépression et la frustration. Il impacte sur le niveau de stress et des problèmes de santé qui s’y accompagnent : les maux de tête, les problèmes de sommeil, es troubles cognitifs de toutes sortes, voire les problèmes mentaux l.5 millions de personnes isolées en France Selon les sondages, on enregistre un taux record d’isolement en France.

À cause de la perte d’autonomie et des problèmes de santé, les personnes âgées ne peuvent plus circuler librement et donc entretenir des liens sociaux.

Mais attention, toutes les personnes isolées n’ont pas forcément plus de 60 ans. Il y a aussi les origines sociales, les maladies en tout genre et les discriminations qui peuvent entraîner l’isolement.

 

Quelles sont les solutions ?

Quand bien même vous pouvez apprécier certains moments de solitude, il faudra vous forcer à sortir et à vous promener pour rompre l’isolement. Pour les personnes âgées notamment, certaines agences de maintien à domicile proposent des auxiliaires de vie qui peuvent vous accompagner pendant ces sorties, ou bien certains lieux de vie ou associations présents sur le territoire.

Ces ateliers représentent un gain indéniable d’autonomie et de liberté, autant pour le bénéficiaire que pour un aidant. Team’Dom vient en aide afin de rendre le maintien à domicile concret et avoir une réelle vision sur le long terme. Le besoin de cette offre devient prépondérant et la demande est légitime.

la sociabilisation

Les pathologies liées à l’âge, les problèmes sociaux peuvent empêcher les personnes âgées de sortir de chez eux. En effet, certains seniors déprimés ont l’habitude de rester chez eux et de renoncer à la vie sociale à cause de ces « petites vexations » du quotidien qui les contrarient. Pourtant, comme on vient de le démontrer, les sorties sont utiles pour les seniors de plus de 60 ans. Elles les aident à conserver leur capital santé tout en améliorant leur longévité. Elles leur permettent également de lutter contre l’obésité et d’autres affections de longue durée.

Avec l’âge, le lien social tend à se restreindre au cercle familial. La perte d’autonomie dans les déplacements empêche parfois certaines activités de loisir génératrices de rencontres et de dialogue. La personne dépendante tend à s’isoler au sein de son domicile du fait de ses difficultés à se déplacer. Les visites régulières d’un auxiliaire de vie sont l’opportunité de rétablir un lien social. L’aide à domicile participe à la valorisation sociale de la personne aidée en favorisant es interactions.

La conversation et la pratique d’activités communes permettent à la personne dépendante de se sentir écoutée et lui donnent l’occasion d’échanger sur des sujets qui la passionnent ou ses occupations. Le bien-être des personnes âgées, des seniors et des personnes fragiles passe par une bonne estime de soi mais aussi par la socialisation. Les relations sociales contribuent d’ailleurs à préserver ses capacités cognitives. Ainsi, jouer et partager ensemble est un grand plaisir et cela est bénéfique !

la memoire

En vieillissant, les performances cognitives ont tendance à se détériorer. Cela ne se résume pas seulement à une perte de clefs, ou à ce que l’on a mangé le soir.La mémoire nous donne la possibilité d’apprendre, de développer notre identité.Elle soutient toutes les activités, qu’elles soient intellectuelles, motrices, relationnelles. Elle nous permet aussi de fixer des informations, de les stocker, les classer, et de les conserver.

La mémoire nous servira à restituer nos automatismes, elle est à la base de la compréhension et nous permet de nous souvenir des gestes du quotidien qui sont à réaliser.

Cette dernière se définit grâce à 4 éléments :

- Physique : marcher, s’habiller, s’alimenter, …

- Psychique : prise de décisions, maîtrise des actes de la vie, prise de distance faciaux événements…

- Social : entretient des relations, loisirs, vie en société, …

- Juridique : faire valoir ses droits, assumer ses devoirs de citoyen, …

 

Les moyens de développer sa mémoire sont innombrables ; des actes quotidiens (courses, cuisine, etc.) aux jeux de société, en passant par une vie sociale épanouissante. Quelle que soit la situation, la méthode pour préserver la mémoire des seniors reste identique : il faut la stimuler régulièrement.

En résumé, il est important de stimuler les personnes âgées, malades ou non, afin de faire travailler leur cerveau. Les interactions peuvent être très diverses, les activités nouvelles permettant de développer l’imaginaire et garder de l’enthousiasme au quotidien.

La mémoire

est la base de

l'autonomie

l'estime de soi

L’estime de soi joue un rôle important au quotidien et notamment en ce qui concerne les capacités d’adaptation au fil des âges. Cet indicateur est en effet corrélé au sentiment de bien-être, à la satisfaction de vie et à la santé.

En vieillissant, les personnes connaissent généralement une diminution de leurs capacités physiques.

''Conclusion''

 

Le niveau d’estime de soi dépend finalement de la manière dont les personnes acceptent leur perte d’autonomie voire leur dépendance, quel qu’en soit le degré. Ainsi, une personne très dépendante pourra présenter un bon niveau d’estime de soi tandis qu’un individu plutôt autonome se focalisera davantage sur les pertes et affichera un niveau d’estime de soi inférieur.

Le départ à la retraite sonne également la fin d’une période d’activité et de socialisation. La perte des responsabilités et l’absence du contact avec les autres engendre tout un remaniement en ces temps troubles.

Les plus fragiles sont rapidement en proie à l’incertitude et se mettent à douter de leurs capacités et de leur place en général. C’est de cette manière que l’estime de soi connaît parfois des changements.En prenant de l’âge, les modifications sont en effet nombreuses. La plus visible est celle qui touche le corps, là où d’autres plus discrètes se manifestent au plan cognitif et moral.Plus tard, certaines personnes se trouvent en situation de dépendance plus ou moins marquée. Il est parfois nécessaire de demander de l’aide voire même de recourir régulièrement à un tiers pour être secondé dans la réalisation des tâches quotidiennes.

Dans les cas les plus extrêmes, le placement en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes est inévitable.

 

En effet, le facteur déterminant en matière d’estime de soi renvoie à l’acceptation de la perte d’autonomie. Les individus pessimistes poseront un regard très négatif sur la baisse de certaines de leurs capacités. Ils auront beaucoup de mal à accepter la situation et à s’y faire. Ils se trouveront davantage dans un processus de victimisation plutôt que dans la recherche de solutions.

Le handicap n’a pas que des répercussions physiques. Elle retentit sur toutes les sphères de la vie : au sein du couple, de la famille, avec les amis, au travail, etc. Globalement, c’est toute la vie sociale qui est perturbée par la maladie. Première raison : la fatigue. Quand on se sent épuisé, pas facile de sortir de chez soi, même pour aller chercher une baguette chez le boulanger du coin. Les handicaps sont aussi un obstacle fréquent, même quand ils ne se voient pas. Avec une incontinence notamment, il est souvent difficile d’envisager de se rendre dans des lieux publics. Sans parler, par exemple, des troubles de la marche ou des difficultés d’élocution qui peuvent susciter des remarques plus ou moins désobligeantes ou des coups d’œil réprobateurs de la part de ceux que l’on croise. Sans oublier non plus les coups de blues, voire la déprime ou la dépression, qui poussent plutôt à s’isoler qu’à s’ouvrir au monde extérieur.

Car sortir de chez soi, c’est s’exposer au regard des autres, un regard qu’il n’est pas toujours facile de supporter.

Pourtant, la vie sociale est essentielle. C’est en effet en grande partie au travers du regard des autres que chacun construit sa propre estime de soi. Ce jugement que l’on porte sur soi, ce que l’on aime ou pas chez soi, la valeur que l’on s’attribue, est ainsi très influencé par ce que nous renvoie les autres, qu’il s’agisse de nos proches, de nos amis, de nos collègues de travail ou de simples connaissances. L’estime de soi se nourrit des relations sociales. Sans celles-ci, il est difficile de conserver une bonne opinion sur soi.

Sans titre (1).jpg

atelier

Récréatif

& Cognitif

Relais d'Assistance pour Personne Agée et/ou en situation de Handicap

En groupe / En individuel